Un texte inédit de Santiago Amigorena : “Aucun sens”

Parmi tous les sentiments qui m’empêchent de vivre tranquillement, il y en a deux que je voudrais partager avec vous. Le premier sentiment est une forme de culpabilité qui m’envahit dès que je discute de politique. J’ai été élevé, j’ai grandi, à une époque, les années 1970, et dans un milieu, celui des exilés latino-américains, où rien n’était plus naturel que discuter de politique.

Discuter de politique, c’était alors, forcément, défendre une position tranchée, avoir un avis définitif. Jamais on ne pouvait admettre qu’on avait tort. Puisque la discussion elle-même était une façon de commencer à faire de la politique – c’est-à-dire, à séparer des amis et des ennemis –, on ne pouvait avouer la moindre faiblesse, on ne pouvait faire le moindre compromis. Bref, plus on s’engueulait fort, plus la discussion était politique.

Source:: Un texte inédit de Santiago Amigorena : “Aucun sens”